“Alternative facts” : appel à une épistémologie des négationnismes

Y-a-t-il une réalité alternative? Derrière le poncif de la multiplicité des interprétations possibles des faits, ne se profile-t-il pas une lèpre de la pensée essentiellement indifférente aux faits?
alternative-facts-investidura-trump

Ce fut pour moi un choc, plus peut-être que beaucoup de gens, de suivre la progression de la violence épistémologique (violence faite au sens commun, au bon sens commun) dans les discours trumpiens. Les propos extrêmement graves sur les “crimes” des immigrés latinos, sur la “corruption” de H. Clinton, dernièrement sur la “fraude massive” dans les élections (“vote de millions d’illégaux”), tout cela sans le début du commencement d’une preuve, revient à ceci: désormais, la preuve est une notion caduque. L’énonciation du principe qui régit ce rapport à la réalité est venue dans la bouche de cette redoutable personne, la Conseillère Spéciale de Trump, Kelliane Conway, à propos du nombre de participants aux cérémonies d’investiture: il s’agit de fournir des “faits alternatifs”.

En regardant hier soir, sur Arte, l’histoire hallucinante du devenir du camp d’Auschwitz-Birkenau après la guerre, je n’ai pu éviter de rapprocher le processus de construction de “faits alternatifs” par le régime communiste polonais quant à “ce qui a eu lieu à cet endroit”. Le “fait alternatif” le plus grossier et, sans aucun doute le plus choquant, est le complet effacement du caractère de camp d’extermination des Juifs d’Europe, au bénéfice de l’idée d’un camp de concentration de prisonniers polonais résistants contre l’occupant nazi. L’émission évoquait un peu plus loin les manoeuvres des négationnistes qui fabriquaient des “faits” de nature à faire passer l’idée que le massacre planifié, en masse, des Juifs déportés n’avait jamais eu lieu.

Nous y voilà, à présent: un même procédé mental est mis en oeuvre pour priver les citoyens de quelque rapport rationnel – voire même raisonnable – à la réalité.

spicer-facts

Malgré l’immense disproportion des faits qu’il s’agit (dans les deux situations évoquées) de nier et de “reconstruire” à façon dans les cas évoqués, il importe, je crois de tenir ceci bien présent: si on peut nier l’évidence, si on peut faire fi de quelque preuve que ce soit, alors, tout mensonge d’état peut nous mener vers l’abîme. À cette échelle, il n’y a pas de petits mensonges. Caveat!

JRdS

Publicado primeiro aqui:

https://blogs.mediapart.fr/dossantos/blog/250117/alternative-facts-appel-une-epistemologie-des-negationnismes

Há mais para ler aqui:

https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/jan/23/kellyanne-conway-alternative-facts-lies

e ouvir aqui: https://youtu.be/vH4XCGaSGfk

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s